23 mars 2010

AOTEAROA

Quitter l’Asie, arriver en Nouvelle Zelande … Il nous a d’abord fallu nous remettre du decalage horaire, nous rehabituer a des temperatures, comment dire, plus temperees pour certains, carrement froides pour moi ! Ma polaire a repris du service a plein temps. Les neo-zelandais disent eux-meme qu’une meme journee peut contenir les 4 saisons ! Le vent est bien present, parfois la pluie, et lorsque le soleil brille, il brule. Sur la terre du long nuage blanc, nous sommes plus pres du pole sud et donc du trou de la couche d’ozone ; la protection solaire est une affaire serieuse. 

 

Cristchurch, 3 Janvier 2010 : ce matin, en remettant mon casque, j’ai l’agreable sensation de m’apercevoir qu’il est encore regle sur le tour de tete de ma niece Mina : doux souvenirs me reviennent en mémoire…Nous avons decide de traverser le Canterbury pour rallier Queenstown dans un premier temps. Il a fallu nous rehabituer a notre lourd chargement ; lorsque Jonath, Alain et Theo sont venus nous rejoindre, ils s’etaient repartis nos baggages … 25 jours de pedalage entre l’ile du Nord et l’ile du Sud. 900 km a arpenter de belles routes asphaltees. La NZ est un pays bien vallonne. Nous avons donc eu de frequentes cotes, parfois assez raides (12%). Nous avons pu battre notre record, a savoir 80 km avec 650 m de denivellee positif. Nous avons donc retrouve notre veliquotidien, avec son spectacle affigeant de tristes victimes de la route. Pas de serpents ecrases, mais des lapins, herissons, furets et autres rougeurs. Depuis 6 mois que nous voyageons, ici aussi le predateur dominant de ces animaux est le 4X4.

 

Avec une superficie egale a la moitie de celle de la France, pour seulement 4,3 millions d’habitants, les espaces vierges de toute habitation nous fascinent. Malheureusement, la nature sauvage, celle qui nous a motives a venir dans ce pays, n’est pas facilement accessible. Les routes sont toutes bordees de clotures, impossible de penetrer ou que ce soit. Le velo n’est pas le meilleur moyen nous semble-t-il. Le mieux, doit etre la randonnee au sein des 14 parcs nationaux. Mais la aussi, tout y fleche, balise, un seul chemin pour tous…

 

Meme s’il existe une diversite de paysages entre les 2 iles, nous retrouvons le plus souvent ce que l’on peut connaitre en France ou en Europe : grandes plaines vallonnes principalement, le plus souvent, habitees par du betail (ovins, bovins, daims), paysages sub-alpins, alpins, mais aussi des paysages typiques volcaniques dans le centre de l’ile du Nord ou le bush exuberant de la cote ouest par exemple. Pays boise a 80% avant l’arrivee des premiers colons polynesiens, il y a un peu plus de mille ans, et surtout a l’arrivee des colons europens, il y a environ 200 ans, il ne l’est plus aujourd’hui qu’ 20%. Les verts paturages pour y elever le betail (meme si le chiffre est en baisse, il est encore de 8 ruminants par habitant), ont remplace les forets primitives. L’arbre de kauri, le plus large de toute la NZ a pratiquement disparu. Outre une deforestation massive, avec son lot d’effets negatifs sur l’ecosysteme, l’autre consequence est l’assechement (conjugue aux modifications climatiques) de certaines rivieres pour pouvoir desalter des animaux en bien trop grande quantite. Dommage pour un pays qui est par ailleurs soucieux de certains aspects environnementaux. La collecte des dechets y est tres bien organisee et respectee par tous, des programmes de protection de la faune et de la flore existent pour certaines especes , une biosecurite stricte est appliquee. C’est ainsi qu’a notre arrivee a  l’aeroport d’Auckland, nous avons du deballer les velos pour nettoyer les pneus. De la meme manière, notre carton envoye en avance avait été ouvert pour y verifier la proprete du tapis de sol de la tente. Et surtout, nous saluons la position courageuse du peuple neo-zelandais dans leur refus de toute energie nucleaire.

En Nouvelle Zelande, les visites culturelles sont limitees. Pays d’immigration recente (pour les europeens au XIX et XXe et maintenant les asiatiques), l’histoire nous semble courte vu de notre vieille Europe. Et bien que la culture maorie soit existante, il faut aller la chercher, le plus souvent au sein de structures ou de spectacles qui perdent beaucoup en authenticite. Apres l’agriculture, l’autre principale ressource du pays est le tourisme. Pays de chercheurs d’or, le moindre filon touristique y est exploite jusqu'à la moelle et pas toujours a la hauteur de la publicite qui en vante son attrait.

Les moutons, les vaches, je m’ennuie terriblement. Pas de surprise, pas de grands « Hello ! » sur le passage de notre caravane, pas de gargottes pour se restaurer ou se desalterer convenablement et a un prix modique ; Meme si le cout de la vie est moins eleve qu’en France, en arrivant de Thailande, il nous parait vertigineux. La nourriture rapide est de type anglo-saxonne, frites, viandes, pies, etc…, de quoi me mettre de mauvaise humeur. Mais, heureusement, un voyage c’est un peu comme un film dans lequel les acteurs principaux sont ce qu’ils sont grace aussi a ceux qui les entourent et les confortent dans leur entreprise… C’est ainsi qu’un matin, semblable aux autres matins, la consultation de l’un des commentaires du blog me redonne du baume au cœur pour la journee qui s’annonce…

Ce qui est sympa pour des randonneurs, c’est de pouvoir se poser chaque soir dans un camping correct. En NZ, tous les camping sont super equipes et propres ; c’est vraiment un plaisir d’avoir a disposition une veritable cuisine avec plaques de cuisson, vaisselle, frigos a disposition, piscine, salon, TV, etc…C’est dans ces camping que nous avons fait quelques rencontres sympathiques. Sharon, canadienne, qui s’est decidee un jour de tenter seule une aventure a velo durant 2 semaines en NZ. Nous avons eu l’occasion de nous retrouver dans les campings de notre itineraire commun pour quelques etapes. Tim et Marc, deux jeunes freres neo-zelandais faisant le tour du pays a velo (comme avaient pu le faire avant eux leurs parents). Ils nous proposent de venir dans la maison familiale a notre arrivee a Auckland, ce que nous ferons.

Un peu avant d’arriver a Queenstown, lors d’un arret dans une fromagerie, nous echangeons quelques mots habituels avec un couple, puis nous reprenons la route pour bientôt finir une etape difficile d’environ 50 km, avec du denivele et beaucoup de vent de face Nous refaisons une courte alte sur un pont pour y observer des gens qui s’apprettent a faire un saut a l’elastique. Aussi impressionnant que fou ! En sortant, le couple rencontre precedement nous retrouve apres nous avoir cherche un peu pour nous proposer de venir loger dans l’un de leurs bungalows qu’ils louent a Arrotown. Olga nous apprend qu’il y a quelques annees, ils avaient déjà eu l’occasion de recevoir une famille faire un tour du monde a velo. Olga et Leyman sont eux-memes cyclistes de tems a autre. Nous nous installons pour 2 jours dans un cottage ravissant. Olga et Leyman, couple americain vivant une partie de l’annee aux EU, et l’autre en NZ sont charmants tous les deux et nous recoivent chaleureusement…

Nous nous rappellerons aussi de Bill, venu echanger quelques mots avec nous en train de casser une croute sur le bord de la route. Il nous proposera aussi de nous recevoir une soiree et nous accueillera lui aussi tres simplement et chaleureusement. Bill, aujourd’hui retraite est un migrant hollandais arrive en NZ il y a 40 ans avec 30 dollars en poche. Depuis il est devenu proprietaire d’une exploitation bovine et de poulets…Père de 3 enfants, ceux-ci ont tous pu mener des etudes longues. Cet homme genereux est tres reconnaissant envers ce pays ou il est encore possible de prosperer pour ceux qui sont prets a mouiller leur chemise.

Meme si je n’y ai pas eprouve le sentiment de proximite que j’ai pu ressentir aupres des personnes asiatiques des pays que nous avons traverses, nous avons bien apprecie le contact spontane des neo-zelandais. Meme si l’on se sent ici en teritoire europeen, ce n’est toutefois pas la meme chose non plus. Les thailandais disent « Same, same, but different…. » La cool attitude pratiquee ici dans tous les domaines de la vie de tous les jours n’est pas une attitude frequemment rencontree en France. Ainsi, une proprietaire de camping nous a propose en toute simplicite son vehicule pour pouvoir nous rentre sur des sites pittoresques que nous n’aurions pas eu le temps de visiter, sympa, non ?

Queenstown, ville differente des autres villes tres semblables les unes aux autres. Le lac y est magnifique. Il regne dans cette ville une atmosphere un peu semblable a celle de la ville d’Annecy…. De cette ville, nous avons loue pour une semaine un camping-car afin de longer en la remonter la cote ouest, reputee pour etre pluvieuse et envahie de sandflies (moucherons noirs a la piqure tres gratouillante !). On a bien apprecie nous deplacer un temps avec cette roulotte des temps modernes…Quel plaisir de se sentir au sec quand dehors se deversent des trombes d’eau ! Contre-partie de ce mode de deplacement polluant, il reduit la possibilite de faire des rencontres enrichissantes… On a pu voir la « rain forest », avec ses ponga (fougeres geantes, embleme officiel de la NZ) dominant une grande partie de la cote ouest. Nous avons pu aussi passer d’agreables moments dans la region du plateau central volcanique de l’ile du Nord. Decouvrir les couleurs et les odeurs de l’activite sysmique regnante fut un moment sensoriel bien agreable. Nous avons fait une courte, mais tres jolie randonnee dans le national parc de Tongariro.

Nous reprendrons les velos a Rotorua (plateau de l’ile du Nord) pour nous rendre a Auckland, en passant par la peninsule «des Coromandels », bien jolie et bien agreable, mais aussi tres vallonnee !  A notre arrivee a Auckland, nous allons comme convenu dans la famille de Tim et Marc. Parents de 9 enfants, dont 7 vivent encore a la maison plus ou moins regulierement, 

Vicky et Richard sont, comme on pouvait s’en douter, tres sympathiques. Ils nous recoivent eux aussi chaleureusement , curieux de connaitre notre periple. Pratique non exceptionnelle en NZ, c’est Vicky qui a eduque ses 9 enfants jusqu'à l’age d’entree au college. Nous passerons d’agreables moments aupres de cette joyeuse famille. Vicky nous presentera de bons amis dont Nathalie est francaise et son mari neo-zelandais. Quel plaisir, a chaque fois, de parler dans notre langue maternelle… Déjà, l’heure de nous envoler pour la Polynesie: les enfants sont ravis de retourner en territoire « francais », de se baigner dans les eaux turquoises et chaudes, de voir la faune sous- marine ! 

Bises a vous tous. A tres bientot Catherine

Posté par vigouroux à 03:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur AOTEAROA

    ia orana

    c'est avec beaucoup de curiosité et d'envie que je suis votre périple. La polynésie, cela va me rappeller de bons souvenirs..... Profitez bien de ce bel aquarium à ciel ouvert surtout à Moorea Nana!! à vous quatre

    Posté par josée, 23 mars 2010 à 14:10 | | Répondre
  • cool

    Bonjour les amis !

    Je languissais d'avoir de vos nouvelles ! Bravo pour la description de votre périple néo-zélandais, Catherine. J'y ai retrouvé certaines impressions de l'Australie, l'humidité en moins. Je suis devenu fan de la coolattitude moi aussi même si nous avons plus de mal à la mettre en pratique en France... Où en êtes-vous maintenant ? Est-ce que Jean-Christophe vous a accueillis à Papeete ? Irez-vous jusqu'aux Marquises ? Allez-vous faire une ascension ? Bref, continuez à nous faire profiter du voyage !
    Je vous embrasse très fort,

    Alain

    Posté par Alain Deloffre, 24 mars 2010 à 06:52 | | Répondre
  • On est ravi d'avoir (enfin) de vos nouvelles et de lire ce résumé super intéressant de vos aventures en NZ. Dans votre récit, on retrouve beaucoup de choses ressenties également là bas mais en voyant vos photos, j'ai douté qu'elles aient été reelement prises sur place. Mais au bout d'une trentaine de photos j'ai finalement retrouvé la pluie et le brouillard qui ne manquent jamais de faire leur apparition au moins une fois par jour (et parfois pendant 24h). En vélo c'est vraiment courageux !!!!!!!
    On vous embrasse et très bonne continuation.
    Bises de la famille berguet à tous les 4

    Posté par pyb, 27 mars 2010 à 18:08 | | Répondre
  • Quel bonheur de te lire à nouveau! Je vous avais laissé quelque part en Asie et les pays anglo-saxons étant chers à mon coeur, je vous retrouve avec grand intérêt en NZ.
    Courage pour les "grimpettes" suivantes avec mon affection admirative et envieuse...

    Posté par domi, 29 mars 2010 à 10:10 | | Répondre
Nouveau commentaire