19 janvier 2010

Thailande du sud sur les chapeaux de roues..

Enfin, Jonathan, Alain, Mina et Theo sont la. Les retrouvailles sont chaleureuses et joyeuses… Jonathan qui a eu beaucoup de temps a attendre entre la gare et l’aeroport parisiens a pris froid et debutera courageusement le sejour en etant febrile.

Le temps de faire un plongeon dans la piscine et nous allons chercher les velos que nous avons loue pour tout le monde. Depart en train de nuit , vous savez ce type de train qui existait autrefois en France, avec de vrais fenetres que l’on peut laisser ouvertes a loisir, un train lent, qui fait un vrai bruit de train, 16 heures de voyage pour parcourir environ 700 km, bref un genre de voyage en train que l’on aime !

Arrivee a Kantang, en bas de la cote ouest du sud de la Thailande (mer d’Andaman), point de depart de notre veliperiple. Nous passerons la nuit dans un agreable village musulman (le sud du pays est musulman).

Premiere etape : Yhao Pier, tout petit village, authentique et peu touristique. La guest house dans laquelle nous nous installons (Yhao Nature Resort) pratique l’ecotoursisme, a savoir qu’elle ne loue aucun engin motorise (il faut dire que les scooters de location pullulent et la pratique du velo sur les grandes iles touristiques notamment est quasi inexistante), location de kayaks uniquement pour aller explorer la mangrove, les sanitaires sont alimentes par l’eau de pluie recuperee, la nouriture et la fabrication de certains produits sont biologiques. Le proprietaire, enseignant retraite, sous-traite des prestations touristiques aupres de la population locale a la condition de la part de ces derniers d’adopter de nouvelles pratiques soucieuses de la protection environnementale. Belle initiative qui nous a bien evidemment seduit, d’autant plus qu’elle est exceptionnelle. Je suis tres admirative devant ce type d’initiative, qui prend naissance au beau milieu d’un environnement qui tourne dans le sens oppose…

C’est sur les conseils avises du proprietaire des ecolobungalows que nous partirons, en kayaks, pour chercher puis explorer une grotte, grandiose , ancien repaire de pirates. Le chemin pour y arriver doit se faire sous la montagne. L’obscurite absolue qui y regne fait tres ambiance, l’atmosphere y est palpitante. Nous sommes seuls et cette solitude est bien appreciable… Les enfants comme les grands sont impressionnes et ravis…

25 Decembre 2009 : nous installons sur un des lits de l’un de nos 2 bungalows, les quelques cadeaux de Noel, commandes au “pere Jonathan”. Les enfants sont heureux de decouvrir de nouveaux petits jouets qu’ils pourront emmener dans le voyage.

26 Decembre, anniversaire d’Alain. Toujours sur les conseils du proprietaire des bungalows, nous louons les services d’un pecheur et de son bateau, rien que pour nous ! Il nous emmenera visiter une attraction de la region qui s’appelle la grotte d’emeraude, une splendeur… Pour y arriver, il faut nager sous une grotte egalement. Lorsque l’on debouche de la grotte, le cirque de falaises qui entoure la petite plage est epoustouflant de beaute.

Nous y restons juste le temps d’admirer et de prendre quelques photos (prises avec l’appareil de Jonathan qui peut etre immerge. Jonath doit mettre ses photos sur le blog prochainement). Dejeuner sur une ile (koh kadran) avec plage de sable blanc et mer d’emeraude, un delice unique, que nous ne retrouverons plus dans la suite du voyage…L’apres-midi, masques et tubas pour observer les poissons … Tres imprudents, nous ne nous sommes pas protégés du soleil et nous rentrerons tous de cette journee, radieux, mais avec des coups de soleil cuisants !

Etape de 54km, arrivee au Port de Bo Muang. D'apres notre carte, une liaison maritime permet de se rendre sur l’ile de Koh-Lantha, mais non ! des pecheurs qui rentrent de leur journee en mer, nous apprennent qu’il n’existe aucun ferry ! Heureusement, il n’y a pas de probleme en Thailande. Des solutions simples existent toujours. Nous demandons a ces hommes s’ils veulent bien nous emmener sur l’ile, moyennant des baths , bien sur. Le temps d’attendre le bateau et son pilote, d’embarquer les velos, et c’est parti pour une traversee de 2 heures. Tout l’equipage est bien sympathique, mais Theo trouve qu’ils ont des tetes de pirates !... La .traversee se fait dans la bonne humeur generale. Nous arrivons a la nuit sur la cote est de l’ile. Debarquement des 7 velos a la frontale. Le lendemain, nous traversons l’ile pour nous rendre sur la cote ouest, a Phrae Beach ou nous trouvons pour la nuit un bungalow tout confort et bien spatieux pour nous 8. Grand luxe, quoi ! Le buffet petit dej compris sera royal pour nos appetits de cyclistes !

Apres tergiversations, nous decidons de nous rendre sur l’ile de Phuket, meme si nous n’en avions pas du tout l’intention au debut. Tout d’abord, parceque certains guides de voyage dissent, qu’en depit de certaines plages tres touristiques, il y a encore de tres beaux endroits ou s’arreter> Et puis Theo et Jonathan avaient bien envie de passer le reveillon de fin d'annee dans un endroit un peu fun. Maintenant que nous y sommes alles, nous trouvons cette ile sans grand interet, beaucoup trop frequentee, des constructions d’immeubles en beton qui poussent comme des champignons après la pluie, des scooters partout… Toutefois, quelques  plages sont restees belles. Par contre, je crois que Ko-Phi Phi vaut le coup d’oeil, si l'on arrive a trouver un coin tranquille. Malheureusement, nous n’y sommes pas alles. Cette petite ile n’est pas adaptee au velo.

A notre arrivee sur l’ile de Phuket, Isabelle, une charmante jeune femme francaise, elle aussi accompagnee de sa famille venue pour les fetes de Noel, s’interesse a notre convoi un peu special. Habituee a voyager, elle nous invite avec une generosite simplissime, chez elle a Bangkok . C’est ce que nous ferons après le depart de Jonath , Alain et ses enfants…

C’est a Phukhet Town,( tres moche !), que nous dinerons memorablement dans une grosse gargotte. Repas aussi delicieux que copieux.

31 Decembre : nous roulons en direction du sud de l’ile. Il fait tres chaud et tres humide. Les routes deviennent bien vallonnes avant de presenter des cotes carrement raides !  ( nous venons d'apprendre que Phuket veut dire "l'ile des montagnes" !) Les etapes a velo, sont relativement longues. Les enfants sont courageux. Mina nous bluffe par sa capacite a pedaler sans jamais rechigner, alors qu’elle fait tres peu de velo habituellement. Bravo ma petite niece ! Gaston, lui, en a un peu marre du velo en ce moment. Les longues pauses s’imposent… Au total, nous aurons pedale environ 450 km dans le sud et 400 km dans le nord de la Thailande.

Pour le reveillon, nous ferons halte a Nai horn Beach. La plage y est agreeable, bien que transats, parasols et touristes soient nombreux. Nous assisterons a un splendide feu d’artifice,. Carrement sous le feu (les flameches nous lechent les epaules), sans norme de securite particuliere, a la thailandaise, quoi, je serai tout a la fois tres impressionnee, et tres  eblouie, tout comme les enfants…

Autre plaisir thailandais, les enfants lancerons de grands lampions de papier dans le ciel… Image bien sympathique de cette fin d’annee, une famille anglaise au grand complet, du bebe aux grands parents qui se jette a l’eau, toute habillee de vetements de soiree…

Apres une nuit plus courte qu’a l’accoutumee, les cotes de plus en plus raides, nous paraissent effectivement bien rudes ! Les etapes s’allongent pour pouvoir rallier le point de retour en train… Les gros efforts que nous fournissons nous donnent envie de bien nous relaxer en fin de journee. Il est bon de meriter sa douche, mais il y a douche et DOUCHE. C’est ainsi que nous resterons 2 nuits dans une superbe maison a Naithon Beach. Une magnifique construction de plusieurs bungalows de style thailandais, toute neuve. Nous sommes les premiers clients, et en tant que tels, nous y serons accueillis et servis comme des rois. Meme si la nuitee est un peu chere (pour le pays), le proprietaire sera aux petits soins pour nous. Petit dej gratuits, invitation a un diner succulent, reduction du prix pour les 2 nuits, petits cadeaux de depart a chacun d’entre nous. Toute cette attention nous etourdis…Les bungalows et la piscine sont un vrai paradis. La plage juste en face est bien jolie aussi. Le petit village nous convient parfaitement. Dejeuner et diner dans une sympathique gargotte sur la plage.

De Naithon a That Phut, la voie rapide n’est vraiment pas interessante et meme dangereuse pour les velos. Aussi, Paul se debrouille pour nous trouver un mini-bus qui nous permet de faire un saut d’environ 70 km. Nous renfourchons nos montures pour une cinquantaine de km qui se termine sous une douche apportee par la mousson de la cote est.

Le lendemain, grosse etape de 73 km jusqu’a Phu Phin (Surat Thani), ou nous devons prendre un train de nuit jusqu’a Bkk. Les pluies de mousson nous raffraichissent a peine tant il fait chaud … Nous devons passer la nuit dans le seul hotel miteux de la petite ville, jusqu’au lendemain soir.

En plein milieu de la nuit, Alain nous reveille et nous annonce qu’on lui a vole sa ceinture ventrale avec passeports, carte bancaire, argent et le telephone portable en charge. Effroi. Dans un demi sommeil, Alain a vu une personne a la chevelure crepue dans l’entrebaillement de la porte de sa chambre. La description qu’il en fait a l’hotelier fait reagir ce dernier qui reconnait la un de ses clients. Alain appelle la police. Un premier policier va chercher du renfort. Perquisition. Tout sera retrouve dans differents endroits (poubelle de l’hotel, faux-plafond de la chambre de l’hotel). Les 4 jeunes hommes sont emmenes au poste de police. Alain ira egalement, accompagne de Jonathan. Dans la foulee de la declaration au poste de police, on demande a mon frère d’aller temoigner au tribunal ou les jeunes seront juges sur le champs. Ils y passeront la journee : tribunal pour adultes, car l’un d’entre eux a 18 ans, et tribunal pour enfants pour les 3 autres jeunes qui ont 16 ans. Alain a lui meme ete longuemment interroge. Manifestement, ces jeunes garcons n’en etaient pas a leur premier vol. Nous ne savons pas a l’heure actuelle quelles ont ete les peines pour l’un et les 3 autres. Meme si tout s’est bien termine pour Alain, et nous nous en rejouissons, cette mesaventure nous a bien ebranles. La vue de ces 4 gamins menotes m’a bien attristee…

Nous prendrons finalement le train de nuit que nous aimons, comme convenu. Alain et Jonathan arriveront quelques minutes avant le depart du train, après un trajet “a fond les enjoliveurs” dans le pick-up des policiers !

Arrivee le matin a l’hotel Swan, un peu de shopping de derniere minute, et déjà l’heure du depart pour la famille a sonne. Nous avons prefere les laisser repartir sans les accompagner a l’aeroport. Les aurevoirs sont poignants et bien humides pour nous tous… Le voyage du retour sera lui aussi mouvemente, avec tout d’abord, retard de 3 heures a l’aeroport de Bangkok sur l’avion de depart. Choc thermique a l’arrivee en  France : +35/-7degres ! Recuperation des bagages retardee au lendemain matin. Et Jonathan pertube par un derangement intestinal  le lendemain de son arrivee en France.

Malgre les petits desagrements, nous pouvons tous dire que nous avons passé un super sejour, riche d’aventures, de petits et grands plaisirs, et du bonheur d’etre ensemble.  Merci a tous les quatre de nous avoir accompagne "un bout de route". La tristesse de la separation a laisse rapidement la place aux nombreux et agrables souvenirs que nous avons construits ensemble…

Le lendemain de leur depart, la joie n’ etait plus a son fait et nous avons rapidement rassemble les paquets après avoir appele Isabelle.

Isabelle, vit avec ses deux fils, Alexandre (15 ans), Louka (5ans) et sa maman Brigitte (78 ans). L’appartement est tres spacieux. La piscine au bas de l’imeuble ravit Gaston et Valery. Louka s’entend a merveille avec Valer !

Isabelle est commercante, proprietaire de 4 pas-de-porte en Nouvelle Caledonie, acheteuse (et fait fabriquer aussi) de vetements essentiellement qu’elle vend dans ses boutiques. Pour en arriver la, pas de mystere, venue a Noumea avec un traiteau, une planche et quelques petits objets, elle n'a pas compte ses heures de travail. Aujourd'hui, elle fait ce qu'elle aime, voyager... Ses principales destinations sont pour l'heure le Nepal, la Thailande, Bali. Mais toujours plein de projets en tete, elle envisage d’autres destinations, toujours a la recherche de nouveaux horizons, de nouveaux produits. Voyager pour changer d’environnement, voyager pour faire de nouvelles rencontres, qui debouchent parfois sur de vertitables amities, au dela des relations professionnelles… Un peu lasse de Noumea, ou elle a vecu 10 ans, elle s’est installee a Bangkok il y quelques mois.

Et voila, aujourd’hui, nous nous reposons chez elle. Cela fait partie du merveilleux dans le Voyage : des rencontres innatendues au moment ou l’on se demande comment on a envie de poursuivre l’aventure. Aujourd’hui, grace a Isabelle, Je peux ecrire longuement sur le blog ! Paul se retablit d’une sinusite, Valery et Gaston font une cure de TV/DS, et nous nous projettons dans notre prochaine destination : la Nouvelle Zelande…

Nous avons decide de ne pas aller en Birmanie, car trop cher pour notre budget previsionnel en constant depassement ! J’en suis tres decue. Aussi pour nous consoler, nous partons demain visiter le site d’Angkor au Cambodge, non loin d’ici. Brigitte qui a toujours reve de voir ce lieu nous accompagnera…

Aurevoir l'Asie...

Catherine

Posté par vigouroux à 12:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Thailande du sud sur les chapeaux de roues..

    Te lire, Catherine, est un enchantement ! Bravo pour ces instantanées de voyage, de péripéties, de paysages, d'émotions, de lucidité, de rigolades, de rencontre, de rayons (de bicyclette), de sable, de soleil, de moustiques (sans doute), de kilomètres, d'amour et d'amitié...

    Bises à vous 4,

    Alain

    Posté par Alain Deloffre, 01 février 2010 à 13:18 | | Répondre
  • troublé par ton récit

    ton récit est un enchantement, où l'espace d'un trop court instant, j'ai oublié le froid, la pluie, les bénéfices de la BNP, la ministre des DOM TOM qui atttend la mane financière de la France pour n'en faire bénéficier que la Guadeloupe, et les pseudo urgences des médecins qui ne réclament des examens immédiat que par clientalisme. Merci de nous retranscrire toute ta sensibilité, qui nous fait presque trouver sympathiques vos voleurs!!!
    Surtout, restez longtemps au bout du monde car vous y vivez la vraie vie. Mais pas trop longtemps, car nous serons contents de vous revoir!!!
    Nous attendons avec impatience de partir à Maurice en Avril pour les 30 ans + de Janine.

    Gros bisous à vous 4.
    Henri

    Posté par henri, 17 février 2010 à 21:07 | | Répondre
Nouveau commentaire